Journée internationale des travailleurs domestiques du 16 juin : Des travailleuses domestiques demandent le changement dans leur secteur

Category: Le Travail domestique Publié par FranckYAO On July-04-2019 17:00:10

Le Syndicat national des travailleurs et travailleuses domestiques de Côte d’Ivoire (Synatd-ci) et l’Association de Défense des droits des aide-ménagères et domestiques de Côte d’Ivoire ( Addad-ci) ont plaidé, ce dimanche 16 juin, à Yopougon pour une implication collective, parents, société civile, associations et autorités afin d’opérer le changement du secteur du travail domestique. Ces deux organisations célébraient ainsi la Journée internationale des travailleurs domestiques, autour du thème » Sécurité et santé au travail, quelle alternative pour les Aide-ménagères en tant que travailleurs et travailleuses domestiques ? « .
La pluie qui est tombée ce jour-là n’a ni entamé ni découragé la détermination des travailleuses à faire une marche, avec des pancartes significatives de leur état d’esprit de voir leur situation changée dans les jours à venir. La procession, organisée en partenariat avec le Réseau ivoirien pour la défense des droits de l’Enfant et de la Femme (Riddef), s’est ébranlée de Yopougon-Saint André à la mairie de ladite commune.
Dans une déclaration lue au nom des deux organisations, dirigées respectivement par Kouassi Valérie, présidente du Synatd-ci et Coulibaly Awa, responsable de l’Addad-ci, il a été recommandé l’adoption d’un code de travail spécifique au secteur, l’établissement d’un contrat de travail entre les employeurs et les travailleurs et travailleuses domestiques, la ratification et la mise en oeuvre de la Convention 189 de l’organisation internationale de travail ( Oit) qui garantit un bon traitement au travailleurs domestiques par la Côte d’Ivoire, la scolarisation obligatoire des jeunes filles et des conditions pour maintenir les filles à l’école jusqu’à l’âge de travailler, la sensibilisation des parents, des autorités religieuses pour le respect de l’âge légal des travailleurs et travailleuses domestiques, ainsi que la création d’une cellule au sein des commissariats pour le suivi de leurs plaintes.

Faut-il le rappeler, le Réseau ivoirien pour la défense des droits de l’Enfant et de la Femme (Riddef), dirigée par Mme Chantal Ayémou, apporte son soutien à ces deux organisations qui défendent les intérêts des travailleurs domestiques. Le Riddef s’est engagé pour la cause des travailleurs domestiques depuis 2013.


Comments

Partagez vos réflexions sur ce post

Chaque année, plus de 12 millions de filles dans le monde sont mariées de force avant l'âge de 18 ans. En Côte d’Ivoire, la loi fixe l’âge minimum du mariage à 18 ans pour les filles mais, une enquête du Fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef) révèle qu’en 2016, plus de 4 filles sur 10 (soit 40%) ont été contraintes au mariage avant l’âge de 18 ans. Le mariage forcé et précoce de la jeune fille est une réalité. Ces filles voient alors leur droit à l’enfance et à l’éducation volé, et leurs perspectives d’avenir et d’évolution limitées. Le mariage des enfants maintient les jeunes filles dans des conditions de pauvreté et d’impuissance, de génération en génération.