...

    LES OBJECTIFS POURSUIVIS PAR L'ORGANISATION SONT :

  1. Défendre les droits de l’enfant et de la femme
  2. Vulgariser les textes relatifs aux droits de l’enfant et de la femme
  3. Sensibiliser la population aux respects des droits de la femme et de l’enfant
  4. Dénoncer les violations des droits de l’enfant et de la femme.
  5. Encourager et soutenir toute action relative à la protection des droits fondamentaux de la femme et ceux de l’enfant.
  6. Encourager et soutenir toute action impliquant la femme au maintien de la cohésion sociale
  7. Porter aide et assistance morale et juridique à tout enfant en difficulté sans distinction de classe sociale, d’appartenance politique, ethnique et religieuse.
  8. Porter aide et assistance morale et juridique à toute femme en difficulté sans distinction de classe sociale, d’appartenance politique, ethnique et religieuse.

  9. ORGANIGRAMME DE L’ORGANISATION DU RIDDEF SE PRESENTE COMME SUIT :

  10. L’Assemblée Générale (AG) : elle est composée de tous les membres et c’est elle qui entérine les décisions.
  11. Le Conseil d’Administration (CA) se compose de cinq membres qui sont chargés de veiller sur les principes du RIDDEF conformément aux orientations de l’assemblée générale.
  12. Le Bureau Exécutif National (BEN). Il est composé de 13 membres BEN exécute et coordonne toutes les recommandations de l’assemblée générale.
  13. Le Commissariat aux comptes (CC) comprend deux commissaires aux comptes qui examinent les comptes annuels.
  14. La délégation locale (DL). Une délégation est créée dès lors qu’il y’a (05) membres dans une localité après une assemblée générale (AG) locale.
  15. Ces délégations permettent à l’organisation de se rapprocher de sa cible.

Chaque année, plus de 12 millions de filles dans le monde sont mariées de force avant l'âge de 18 ans. En Côte d’Ivoire, la loi fixe l’âge minimum du mariage à 18 ans pour les filles mais, une enquête du Fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef) révèle qu’en 2016, plus de 4 filles sur 10 (soit 40%) ont été contraintes au mariage avant l’âge de 18 ans. Le mariage forcé et précoce de la jeune fille est une réalité. Ces filles voient alors leur droit à l’enfance et à l’éducation volé, et leurs perspectives d’avenir et d’évolution limitées. Le mariage des enfants maintient les jeunes filles dans des conditions de pauvreté et d’impuissance, de génération en génération.